Mot d’accueil de Père Gabriel à l’occasion de la fête de Saint Siffrein

26 novembre 2018

Il y a plus de 1400 ans la foule du Comtat Venaissin venait célébrer Jésus Christ, le Sauveur, autour de son évêque Siffrein !

 Elle rendait gloire à notre Dieu, qui a fait des merveilles ! Aujourd’hui, en ce 25 novembre 2018, nous continuons à chanter et célébrer ses merveilles ; Lui qui est au milieu de nous aujourd’hui et à jamais.

Avec vous particulièrement les jeunes catholiques du Comtat, accompagnés de vos aumôniers et animateurs. Quelle joie de vous voir réuni tous dans cette cathédrale dédiée au grand saint évêque Siffrein ! Une joie immense et profonde que seule Jésus peut nous donner en réalisant les merveilles de son salut. Vous êtes les témoins de la foi en Jésus, Fils de Dieu, Sauveur, que vous aurez à transmettre demain aux génération suivantes. Appuyez-vous sur l’exemple de St Siffrein, qui a fait confiance en Jésus, l’a suivi toute sa vie, a annoncé la joie et la libération de l’Evangile en devenant acteur de la vie sociale et religieuse de son temps. 

Nous avons la joie cette année d’accueillir le Père Abbé du Barroux, qui sait ce que c’est que la jeunesse : 74 moines répartis en deux monastères, beaucoup de jeunes qui entendent et répondent à l’appel du service à l’école du Seigneur. Prière et Travail, Ora et Labora, devise des moines bénédictins, rythment la vie des moines : le chant grégorien, mais aussi le pain et le vin sont à déguster sans modération… ou presque puisqu’ils sont bénédictins, bénis de Dieu !
Nous sommes entrés en procession derrière les reliques du saint évêque Siffrein qui a su rassembler autour de Jésus, de son Evangile de libération et d’amour toute la contrée du Comtat Venaissain. Sentir qu’on a besoin du salut, c’est le commencent de la foi, c’est la voie directe pour rencontrer Jésus. Et cette rencontre, c’est le secret de la jeunesse. Je nous invite au seuil de cette célébration à écouter Jésus, à nous faire proche de Lui, et à témoigner qu’il est toujours vivant au milieu de nous, comme jadis du temps de St Siffrein.