Messe du Dimanche 27 janvier 2019 - (homélie de Père Pierre)

2 février 2019

Homélie du Père Pierre Dimanche 27 janvier 2019 à la cathédrale Saint Siffrein à Carpentras

Ô Seigneur, envoie Ton Esprit qui renouvelle la face de la terre.
Mes frères, mes sœurs , mes amis, rendons grâce au Seigneur pour son amour et sa bonté. Remercions le Seigneur pour ces moments de salut. Dieu nous a convoqués, nous a accueillis dans cette maison car Il veut parler à chacun de nous. Il veut faire une expérience nouvelle avec chacun d’entre nous. Il est le Dieu de l’Alliance, celui qui sauve son peuple. Nous l’avons entendu dans la première lecture, dans le livre de Néhémie. Néhémie doit régner sur Juda. Il a pour mission de relever Jérusalem et de réorganiser la communauté sur le plan administratif, politique et religieux. N’oublions pas que cela se passe après l’exil. Tout a été détruit. Il est aidé par le lévite, le prêtre. Ils ont retrouvé le livre dans les décombres et ils rassemblent tout le peuple pour faire cette lecture. Ils ont passé toute la journée à entendre cette parole. Ils pleurent. Mais pourquoi  ? Parce qu’ils se rendent compte qu’il y a eu un moment où ils n’entendaient plus cette parole, où ils ont perdu l’alliance : ils ne pouvaient pas écouter la parole de Dieu, leur Temple avait été détruit et même les tables de la Loi de Moïse ont été détruites. On dirait que l’alliance est en train de se refaire.

La parole de Dieu nous met en présence du Seigneur. Elle nous renouvelle dans cette alliance. La question que je me pose en écoutant cette première lecture est de demander quelle est ma réaction quand j’écoute la Parole de Dieu. Quelle est ma réaction quand je la médite. Il faudrait que chacun de vous se pose la question. On l’a lue comme un roman, on en a apprécié la trame et ce serait fini ou cette parole que j’écoute , que je médite me remet dans l’alliance avec Dieu  ? Elle me renouvelle dans le Seigneur et oriente désormais ma vie. C’est à ce moment là qu’elle aura une place dans ma vie. Il faut toujours chercher la richesse de la Parole. N’ayons pas peur de pleurer pour la joie découverte dans la Parole ou pleurer parce qu’elle nous montre l’obscurité dans notre vie, pleurer car nous sentons la main de Dieu présente, cette main qui ne nous abandonne pas. N’ayons pas peur de nous mettre à genoux comme le peuple l’a fait pour dire : «  Seigneur, que Ton nom soit loué, alléluia, amen  » .

La deuxième lecture est très belle, elle nous rappelle que nous sommes tous unis et que nous constituons le même corps : le corps du Christ. Le Christ est la tête et nous sommes les membres. Dans ce corps constitué, chacun a une mission parce que chacun a reçu l’Esprit Saint pour accomplir la mission pour la communauté, pour le salut de tous. Nous pouvons faire la comparaison avec le corps humain, les tâches remplies par chaque partie du corps. Quand on est blessé au doigt, il souffre. Le doigt ne pleure pas, mais les yeux, eux, pleurent. Les pieds nous mènent à l’hôpital pour voir le médecin. Pour dire au médecin ce qui ne va pas, la bouche parle, les oreilles entendent. C’est ce qu’il se passe dans notre communauté où chacun a reçu sa mission. Si un seul d’entre nous refuse de faire son travail , que va t-il se passer  ? La question est de savoir si nous accomplissons notre tâche. Si vous l’avez accomplie, vous avez sauvé tout le corps, mais si vous ne l’avez pas accomplie, que se passe t-il  ? On peut dire, moi je ne suis pas engagé, la paroisse tourne sans moi, pourtant si on ne s’engage pas dans la communauté, celle-ci perd quelque chose. Dans ce cas là, on laisse pourrir la grâce reçue. Et le corps entier en souffre, c’est la mort. Or nous devons tous accomplir la mission, le salut. Que le Seigneur nous aide avec le Saint Esprit à découvrir notre mission et qu’il nous aide à l’accomplir.

Dans l’évangile de Saint Luc de ce jour, Jésus entre dans la synagogue et lit la Parole. Luc écrit à Théophile et a pris la précaution de consulter tous les témoins de ce qu’il s’est passé. Théos Philos , ami de Dieu. Il s’adresse à l’ami de Dieu. Mais qui est-il  ? C’est à chacun de nous que Saint Luc écrit. Chacun de nous est ami de Dieu. La preuve c’est que vous êtes venus. Vous êtes là parce que c’est un jour sacré. Jésus entre dans la maison de Dieu et on lui donne le livre d’Isaïe. Et Jésus trouve cette parole : «  L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction, il m’a envoyé annoncer la bonne nouvelle aux pauvres, aux captifs la libération et aux aveugles qu’ils retrouveront la vue, annoncer une année favorable accordée par le Seigneur.  » Il lit cette parole, il referme le livre, il le remet à celui qui le lui avait donné et il va s’asseoir. Tout le monde le regarde. Une page de l’Ancien Testament se ferme et une nouvelle commence avec Lui, l’accomplissement de ce qui a été dit.

Il dit alors : «  Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’écriture que vous venez d’entendre.  » Luc nous met en présence du Seigneur. Cette Parole s’adresse à chacun de nous. Cette Parole s’adresse à toi aujourd’hui. Le Seigneur a reçu la mission du Père par l’onction de l’Esprit saint. Il vient à ma rencontre pour me libérer. Il vient pour nous sauver. Nous devons nous poser la question de savoir de quoi le Seigneur nous libère. Aux captifs et aux opprimés, il annonce la libération, les aveugles recouvrent la vue. Suis-je un opprimé, un aveugle, ou un captif  ? Qu’est-ce qui me tient captif  ? Qu’est-ce qui m’aveugle  ? Qu’est-ce qui m’opprime dans ma vie  ? Si je ne me pose pas ces trois questions, alors je ne peux pas comprendre en quoi cette Parole s’applique à moi aujourd’hui . Nous avons besoin que l’Esprit saint vienne nous éclairer pour nous montrer là où le Seigneur vient agir. Pour que nous soyons capables de nous sentir réellement libres. Nous devons prendre conscience des situations qui nous oppriment alors que ce n’est pas la réalité. Nous devons prendre conscience de ce que l’Esprit a déjà fait en nous pour que nous soyons libérés. Cette bonne nouvelle , nous l’accueillons chaque jour dans la liturgie, c’est une Parole qui nous sauve et qui nous libère. Libérés par cette Parole nous sommes envoyés porter cette bonne Parole aux autres. Nous avons fait l’expérience de cette vie nouvelle en Jésus alors nous sommes capables de l’annoncer aux autres. Que l’Esprit de Dieu vienne nous aider  ! Et que la Vierge Marie intercède pour chacun d’entre nous.