Homélie du Père Gabriel - Messe de Familles du 24 Décembre 2019 à Saint Siffrein

26 décembre 2019

CARPENTRAS - Messe de Familles 24 Décembre 18h30 2019 Noël ! Noël ! Noël !

Homélie du Père Gabriel

Une Nuit de Noël deux petits Louis et Manon, après avoir déballés les cadeaux au pied du sapin tout illuminé, et embrassés leurs parents, ont demandé à leur papa et à leur maman où ils trouvaient la force de veiller sur eux, tout au long de leur vie (qui leur paraissait déjà bien longue !), spécialement la nuit quand il ou elle avait mal au ventre où faisait un cauchemar ou quand le tonnerre et les éclaires leurs faisaient peur et qu’ils allaient se mettre entre eux dans le grand lit des parents, ou quand il fallait aller à l’école de bon matin et que le petit déjeuner était prêt, que leurs vêtements étaient propres…

Et les parents ont amené leur enfant devant la crèche qu’ils avaient installée sur la commode de grand-mère : « Regardez mes petits ! Vous voyez au fond, il y a Marie et Joseph : qu’est-ce qu’ils n’ont pas fait pour leur petit Jésus ! Ils avaient anticipé la grève SNCF et ils ont loué un Âne pour aller non d’Avignon à Marseille ou Toulon, mais de Nazareth à Bethléem ; ils ont tapé à toutes les portes des Hôtels du coin, et finalement ils se sont logés dans les rochers vous savez un peu comme à St Gens, dans les hauteurs une bergerie ; et puis, là ils ont réchauffé leur petit, ils l’ont nourris et protégés. Pourquoi, Parce qu’ils l’aimaient plus que tout. Et bien les enfants, ce qu’ont fait Joseph et Marie, ton père et ta mère nous le faisons pour vous, parce que nous vous aimons plus que tout. Vous êtes nos cadeaux du Bon Dieu ! Et comme on voudrait que cela reste ainsi toute notre vie ! »
Petit Louis, Petite Manon regardaient la crèche, et plus ils la regardaient plus ils sentaient une étrange chaleur les envahir. Vous savez, celle qui plonge dans votre cœur sans que vous ne puissiez rien y faire, qui vous fait monter la larme à l’œil, bref la chaleur de l’amour. P’tit louis et petite Manon se sentaient aimer, profondément aimer, et ils voyaient bien que cet amour unique venait de beaucoup plus loin encore, de la crèche, de Noël. Et c’est la première fois, qu’ils comprirent qui était Dieu. En effet l’enfant Jésus leur ouvrait ses petits bras, les accueillait, et il accueillait aussi ses parents, ses grands-parents, bref tout le monde, même son camarade Gabriel avec qui il se dispute pour les billes. Et tout le monde souriait, et tout le monde était heureux !

La crèche manifeste la tendresse de Dieu, pour nos familles, la crèche manifeste aussi la présence de Dieu dans le quotidien de nos familles, Il est là ; la crèche manifeste une façon de vivre en famille : l’unité qui fait la force, le courage de marcher ensemble et de vaincre les événements contraires (les soucis, les maladies, les intempéries) ; surtout l’accueil et la bienveillance du cœur, source de la joie de vivre, le plus cadeau à donner aux enfants. Dieu s’est fait si petit pour que nous puissions le rencontrer, pour que nous puissions aussi l’imiter. La vraie grandeur c’est la simplicité et la petitesse, parce qu’elle accueille tout le monde, ne juge personne, et sans arrêt travaille au bien de l’autre, pour l’autre. Oui la crèche est bien l’Evangile de nos vies, Dieu avec nous, Emmanuel.

Alors, chers parents, je vais vous inviter à accompagner vos enfants, même les plus grands devant la crèche, et à leur dire ce que Dieu a fait pour nous, ce que Jésus, Marie et Joseph représentent pour nous. Et puis je vais vous demander maintenant de vous embrasser et de vous bénir les uns les autres, en chantant, C’est Noël, paix sur Terre, gloire à Dieu au plus haut des cieux.