Le film - « Marie Madeleine » - quelle déception

4 avril 2018

A propos du film Marie Madeleine

Avec des paroissiens, nous sommes allés voir Marie Madeleine. Quelle déception ! Certes, il est intéressant de voir que les grandes figures de la Bible et de l’Evangile, ou des thèmes spirituels, intéressent à nouveau les cinéastes. Certes, le jeu des acteurs est de très belle qualité et il y a de beaux moments.

Mais la narration n’est pas respectueuse des évangiles,

qui pourtant font voir Marie Madeleine dans une telle lumière de reconnaissance et d’amour ; et surtout, la finalité du film est de montrer que Pierre a usurpé le message de Jésus, qui était d’instituer les femmes comme les hommes Apôtres- et que c’est la Papauté de Pierre qui a fait finalement de Marie Madeleine en 591 une prostituée.

Bref, pour faire passer une idéologie féministe et protestante,

on réinvente la figure de Marie-Madeleine, qui devient la véritable Pierre sur laquelle Jésus voulait fonder l’Eglise. Relisez simplement les évangiles, la réalité est bien plus belle et profonde que cette fiction, qui dénature les sources mêmes de la figure de Marie-Madeleine.

Apôtre des Apôtres, oui le matin de Pâques, et toute la tradition patristique le met en lumière, mais pas au sens de ministère sacerdotal !

La représentation de la Cène dans le film est tout droit tiré de l’imagination du Da Vinci code,

et place à côté de Jésus comme concélébrante Marie-Madeleine... ce qui, au regard de la tradition juive et chrétienne du repas pascal est du grand n’importe quoi... .