Homélie du Père Etève - messe du Christ, Roi de l’univers - 24 novembre 2019

28 novembre 2019

Messe du Christ, Roi de l’univers - Fête de Saint Siffrein - 25 novembre 2019

HOMELIE DE LA MESSE
Lectures :
2 Samuel 5, 1-3
Psaume 121
Colossiens 1, 12-20
Luc 23, 35-43

En ce dernier dimanche de l’année liturgique, l’Eglise célèbre une des grandes réalités de notre foi : le Christ Roi de l’univers. Mais qu’est-ce que cela signifie ? Remarquons tout d’abord que c’est grand l’univers. Où en sont les limites ? Et s’il en est le Roi, Il en est le Maitre. Il est donc aussi Roi… de Carpentras.

Mais alors on peut s’interroger sur le pouvoir de ce roi : comment se fait-il que lorsqu’il convoque son peuple chaque dimanche, toute la population de Carpentras ne remplisse pas la cathédrale ? A-t-il vraiment de l’autorité ? Son pouvoir semble bien fragile. S’il est
si peu suivi, comment peut-il se déclarer roi ?

Et si on regarde l’Église, chargée de porter son message, on peut s’interroger : Quelle est son influence sur la vie sociale, économique, politique ? Quelle est son influence dans les médias ? Alors Jésus est-Il vraiment Roi ?

Face à cette faiblesse, nous sommes peut-être tentés comme les disciples d’Emmaüs de nous lamenter : « Nous, nous espérions que c’était lui qui allait délivrer Israël » (Luc 24, 21).

Mais le Catéchisme de l’Eglise catholique affirme : « Le vrai sens de la royauté ne s’est manifesté que du haut de la Croix » (n° 440). Quel paradoxe étonnant : c’est à l’heure du plus grand désastre, de ce qui parait être la plus grande défaite : la victoire des puissances
du Mal, l’heure où les ténèbres semblent anéantir la lumière, l’heure où le péché cause la mort du Fils de Dieu, c’est à cette heure-là, qu’il manifeste toute sa royauté. Ne rêvons pas d’autres triomphes. Car que se passe-t-il à cette heure-là ?

« Le Christ exerce sa royauté en attirant à soi tous les hommes par sa mort et sa résurrection » (n° 786). Il est Roi en attirant à Lui.

Saint Paul nous a dit dans la 2e lecture : « Nous arrachant au pouvoir des ténèbres, il nous a placés dans le Royaume de son Fils bien-aimé » (Col 1, 13). Voilà son règne ! Et il est déjà établi à l’heure du Calvaire. Près de la croix se trouve ce « monstre », ce condamné, qui reconnait : « pour nous, c’est juste : après ce que nous avons fait, nous avons ce que nous méritons ». Mais il se tourne vers le Seigneur : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton Royaume ». Et Jésus lui déclare : « Amen, je te le dis : aujourd’hui, avec moi, tu seras
dans le Paradis » (Luc 24, 42-43). L’arrachant au pouvoir des ténèbres, Il le place dans son Royaume, en l’attirant à Lui. Voilà le vrai triomphe du Roi des Cieux ! Son règne s’étend en attirant à Lui tous les hommes prisonniers des ténèbres.

Lola, si aujourd’hui tu fais ton entrée en catéchuménat, c’est d’abord parce que le Christ t’a attirée à Lui. Peut-être le cherchais-tu ? Mais Lui, déjà, sur la croix te regardait, t’attirant à Lui.

Frères et soeurs, rendons grâce au Seigneur qui nous a attirés à Lui ! Si nous sommes ici, c’est parce que déjà son règne a commencé en nous : nous avons consenti à nous laisser attirer par Lui. Et Il veut continuer par nous à étendre son règne.

C’est une révolution que le Christ a opérée : ici-bas, les révolutions renversent les pouvoirs en place. Le Christ, Lui, n’a pas fait tomber Pilate, ni Hérode, ni l’Empereur. Il ne se substitue pas au pouvoir politique. Non, son pouvoir s’étend autrement : Il transforme
le monde du dedans. C’est une révolution de la compassion : Il s’approche des coeurs brisés, les guérit et les relève.

Lorsque les habitants de Carpentras au VIe siècle, vont chercher Siffrein pour qu’il devienne leur évêque, la situation n’est pas meilleure qu’aujourd’hui : la cité est menacée, la misère s’étend. Et Saint Siffrein va se dévouer inlassablement au service de la
population, spécialement des plus pauvres et des malades, chassant les démons et attirant ainsi les coeurs au Christ.

Aujourd’hui, Saint Siffrein nous lance un appel : « A vous chrétiens de Carpentras, je vous invite à ma suite à vous mettre au service de vos frères, à remplir ce ministère de la compassion. C’est ainsi que Dieu le Père vous arrachant au pouvoir des ténèbres, vous placera dans le Royaume de son Fils bien-aimé ». - Père Jean ETEVE