Homélie de notre diacre Anderson - 6 janvier 2019

10 janvier 2019

Homélie de notre diacre Anderson lors de la messe de l’Epiphanie

le dimanche 6 janvier 2019 à la cathédrale de Carpentras.

Je voudrais partager avec vous ce qu’est l’Epiphanie. Qu’est ce que l’Epiphanie, ces paroles que nous devons vivre ? Je voudrais commencer par une petite histoire qui a eu lieu avant que je sois né. Cela s’est passé en 1939-1940. C’était la guerre. Il y en a parmi nous qui n’étaient pas encore nés comme moi. Cette histoire se passe lors de l’évacuation de Paris. Les maisons ont été abandonnées, les familles ont quitté leurs foyers à cause de la guerre. Il y avait une petite fille de sept ans qui voulait emporter sa poupée, son doudou. Un doudou pour un enfant, c’est un grand attachement qu’on ne peut pas enlever. Cette petite fille voulait donc emporter son doudou. Son père lui dit : écoute, il y a des choses plus urgentes que tu dois emporter et tu dois laisser ici ton doudou. La petite fille était triste et elle pleurait de devoir laisser sa poupée. Elle a alors trouvé un petit carton. Et elle a écrit cette prière :

« Sainte Vierge Marie, Protégez ma poupée . »
A cette époque là, les allemands sont venus occuper Paris. Un officier a été chargé de la réquisition de tout appartement vide. Il a trouvé cette prière sur le carton à côté de la poupée. Il s’est arrêté et a regardé la prière de l’enfant. Il a sauvé la poupée, exaucé la prière de l’enfant. Il a scellé la porte de l’appartement de manière à ce qu’il demeure inoccupé.

Je vais rentrer dans ce mystère de l’esprit de l’épiphanie.

Cet exemple authentique nous montre que le cœur de l’homme, même celui de l’ennemi, doit entrer dans le désir d’une âme d’enfant. L’Epiphanie ? On a trouvé la grandeur, la vie, la gentillesse, l’amour et on a reconnu le Dieu vivant. L’Epiphanie, c’est tout simplement Dieu qui se manifeste au monde. Dieu confie cette manifestation aux hommes. Il y a quelque chose de contradictoire dans nos pensées sur la venue de ce petit enfant dans la discrétion et l’humilité : tous ceux qui l’ont vu ne l’ont pas reconnu. Dans les écritures, il y a les bergers juifs qui vont à la crèche et les étoiles qui font bouger les mages pour les conduire à ce petit enfant. C’est la lecture que nous venons d’entendre. Les étoiles qui font déplacer les mages pour aller jusqu’à ce petit enfant pour connaître le Dieu vivant .

Qu’est ce que cela veut dire pour nous 

Cela veut dire tout simplement que Dieu nous parle car nous sommes capables de le connaître. Les mages dont nous venons de parler sont capables d’accueillir la Foi. L’ officier allemand qui a été chargé de réquisitionner l’appartement vide était capable d’accueillir le petit enfant. Les mages sont attentifs aux signes. L’officier qui a été chargé de la réquisition de l’appartement était attentif aux signes de la prière du petit enfant. Nous sommes tous attentifs aux signes que nous pouvons recevoir. Dans le sacrement de mariage, vous avez des exemples. Comment avez vous vécu 50 ans de mariage. Suffit-il de regarder les signes extérieurs ? Non . Il faut vivre dans les signes extérieurs. C’est à cela que nous invite l’évangile aujourd’hui. Il faut accueillir la Foi, la divinité dans le plus petit, le plus pauvre, le plus fragile. Nous avons entendu dans la lecture tous les cadeaux que Jésus , Marie et Joseph ont reçu de la part des mages. L’or , l’encens et la myrrhe. Qu’est-ce que cela veut dire ? L’or, c’est la royauté, il est Roi. L’encens qui monte à Dieu ? Cela veut dire qu’il est Dieu, vrai Dieu . Et la myrrhe, cela veut dire qu’il est homme et a subi la condition humaine jusqu’à la mort, il est vrai homme. Quel est le plus beau cadeau parmi les trois ? Les cadeaux sont les signes d’affection , d’amour et de tendresse. Il y a un symbole prophétique dans ces cadeaux.

Mais Marie et Joseph nous ont offert le plus beau cadeau.

Ils sont donné leurs bras pour accueillir l’enfant. Ils sont offert leurs cœurs et leur tendresse pour l’aimer. Voila le plus beau cadeau. Le sens des cadeaux, c’est ça exactement. C’est pour exprimer l’affection, la tendresse et l’amour . Dans ce petit enfant, il y a tout, tout le sens de l’Epiphanie. Nous sommes tous invités à accueillir l’enfant, la divinité, dans le plus pauvre. Il est le symbole de la discrétion parce qu’il est né au milieu des bêtes de la crèche parce que les hommes hommes ne l’ont pas reçu. Mais il est là et il faut que nous soyons capables d’accueillir l’enfant à partir de la personne pauvre, la personne fragile, la personne qui a besoin, la moins pieuse, celle qui ne voulait pas trop parler de Dieu. Là où Dieu se manifeste est notre épiphanie. Quel est le sens de ce mot pour moi ? Nous avons des exemples : l’officier qui a reçu chaleureusement la prière des enfants, s’est converti. Nous avons l’exemple des mages que nous venons d’entendre dans l’évangile. Pour nous, pour moi, qu’est-ce que l’épiphanie ? Est-ce que je peux vivre l’épiphanie ? Amen