Messe en temps d’épidémie - 24 mars 2020

24 mars 2020

Messe en temps d’épidémie

Messe
Antienne d’ouverture 2 S 24, 16

Souviens-toi, Seigneur, de ton alliance, et dis à l’ange exterminateur : « Assez ! Maintenant, retire ta main. » Que la terre ne soit pas désolée, et ne fais point périr tout ce qui vit. (T. P. Alléluia, alléluia.)

Prière
Dieu notre Père, regarde ta Famille Humaine touchée par cette épidémie. Donne-nous un cœur humble et pauvre pour écouter ce que tu veux nous dire ; assez de force d’âme pour revenir vers Toi ; assez de courage pour apporter au monde une réponse d’Espérance à ce temps d’épreuve. Par Jésus Christ.

Prière sur les offrandes
Que le sacrifice offert en ce temps d’épreuve, Seigneur, vienne à notre secours ; par sa puissance, qu’il efface tous nos égarements et nous sauve de la perdition. Par le Christ.

Préface
Préface I de la Passion du Seigneur.

Antienne de la communion Lc 6, 17, 18 et 19
La multitude des malades et de ceux qui étaient tourmentés par des esprits impurs venait à lui, parce qu’une force sortait de lui et les guérissait tous. (T. P. Alléluia.)

Prière après la communion
Nous avons reçu de Toi Seigneur, le Pain venu du Ciel. Qu’il opère en nous ce qu’il signifie : la guérison de l’âme et du corps ; Afin que nous reprenions la vie avec une ferveur plus intense pour t’aimer et de faire aimer ; jusqu’au jour où nous chanterons éternellement ta Miséricorde dans l’Éternité Bienheureuse. Par le Christ.

Lectures

Première lecture (au choix)

1. Exode 17, 3-7
« Donne-nous de l’eau à boire »

Lecture du livre de l’Exode
En ces jours-là,
dans le désert, le peuple, manquant d’eau,
souffrit de la soif.
Il récrimina contre Moïse et dit :
« Pourquoi nous as-tu fait monter d’Égypte ?
Était-ce pour nous faire mourir de soif
avec nos fils et nos troupeaux ? »
Moïse cria vers le Seigneur :
« Que vais-je faire de ce peuple ?
Encore un peu, et ils me lapideront ! »
Le Seigneur dit à Moïse :
« Passe devant le peuple,
emmène avec toi plusieurs des anciens d’Israël,
prends en main le bâton avec lequel tu as frappé le Nil, et va !
Moi, je serai là, devant toi,
sur le rocher du mont Horeb.
Tu frapperas le rocher,
il en sortira de l’eau, et le peuple boira ! »
Et Moïse fit ainsi sous les yeux des anciens d’Israël.
Il donna à ce lieu le nom de Massa (c’est-à-dire : Épreuve) et Mériba (c’est-à-dire : Querelle),
parce que les fils d’Israël avaient cherché querelle au Seigneur,
et parce qu’ils l’avaient mis à l’épreuve, en disant :
« Le Seigneur est-il au milieu de nous,
oui ou non ? »
– Parole du Seigneur.

2. Nombres 21,4b-9

« Celui qui regardait vers le serpent de bronze restait en vie ! »

Lecture du livre des Nombres

En ces jours-là,
en chemin à travers le désert, le peuple perdit courage.
Il récrimina contre Dieu et contre Moïse :
« Pourquoi nous avoir fait monter d’Égypte ?
Était-ce pour nous faire mourir dans le désert,
où il n’y a ni pain ni eau ?
Nous sommes dégoûtés de cette nourriture misérable ! »
Alors le Seigneur envoya contre le peuple
des serpents à la morsure brûlante,
et beaucoup en moururent dans le peuple d’Israël.
Le peuple vint vers Moïse et dit :
« Nous avons péché,
en récriminant contre le Seigneur et contre toi.
Intercède auprès du Seigneur
pour qu’il éloigne de nous les serpents. »
Moïse intercéda pour le peuple,
et le Seigneur dit à Moïse :
« Fais-toi un serpent brûlant,
et dresse-le au sommet d’un mât :
tous ceux qui auront été mordus,
qu’ils le regardent, alors ils vivront ! »
Moïse fit un serpent de bronze
et le dressa au sommet du mât.
Quand un homme était mordu par un serpent,
et qu’il regardait vers le serpent de bronze,
il restait en vie !
– Parole du Seigneur.

3. 2 Samuel 24, 15-19.25

« Assez ! Maintenant, retire ta main. »

Lecture du Second Livre de Samuel

Le Seigneur envoya donc la peste en Israël dès le lendemain jusqu’à la fin des trois jours. Depuis Dane jusqu’à Bershéba, il mourut soixante-dix mille hommes.
Mais lorsque l’ange du Seigneur étendit la main vers Jérusalem pour l’exterminer, le Seigneur renonça à ce mal, et il dit à l’ange exterminateur : « Assez ! Maintenant, retire ta main. » L’ange du Seigneur se trouvait alors près de l’aire à grain d’Arauna le Jébuséen.
David, en voyant l’ange frapper le peuple, avait dit au Seigneur : « C’est moi qui ai péché, c’est moi qui suis coupable ; mais ceux-là, le troupeau, qu’ont-ils fait ? Que ta main s’appesantisse donc sur moi et sur la maison de mon père ! »
Ce jour-là, Gad alla trouver David et lui dit : « Monte, élève un autel au Seigneur sur l’aire d’Arauna le Jébuséen ! »
David monta donc suivant la parole de Gad, comme le Seigneur l’avait ordonné. Là, il bâtit un autel pour le Seigneur, puis il offrit des holocaustes et des sacrifices de paix. Le Seigneur redevint favorable au pays, et le fléau s’écarta d’Israël.
 – Parole du Seigneur.

Psaume responsorial

Ps 106, 20-21
℟. Le Seigneur envoie sa parole, il les guérit, il arrache leur vie à la fosse.
Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !
Éternel est son amour !
Ils le diront, les rachetés du Seigneur,
qu’il racheta de la main de l’oppresseur,
qu’il rassembla de tous les pays,
du nord et du midi,
du levant et du couchant.

Certains erraient dans le désert sur des chemins perdus,
sans trouver de ville où s’établir :
ils souffraient la faim et la soif,
ils sentaient leur âme défaillir.
Dans leur angoisse, ils ont crié vers le Seigneur,
et lui les a tirés de la détresse.

Il les conduit sur le bon chemin,
les mène vers une ville où s’établir.
Qu’ils rendent grâce au Seigneur de son amour,
de ses merveilles pour les hommes :
car il étanche leur soif,
il comble de biens les affamés !

Évangile
℟. Il envoie sa parole, il les guérit, il arrache leur vie à la fosse (T. P. Alléluia, alléluia).
℣. Qu’ils rendent grâce au Seigneur de son amour, de ses merveilles pour les hommes.
℟. Il envoie sa parole, il les guérit, il arrache leur vie à la fosse (T. P. Alléluia, alléluia).

Luc 4, 38-44

+ Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
En ce temps-là,
Jésus quitta la synagogue et entra dans la maison de Simon. Or, la belle-mère de Simon était oppressée par une forte fièvre, et on demanda à Jésus de faire quelque chose pour elle.
Il se pencha sur elle, menaça la fièvre, et la fièvre la quitta. À l’instant même, la femme se leva et elle les servait.
Au coucher du soleil, tous ceux qui avaient des malades atteints de diverses infirmités les lui amenèrent. Et Jésus, imposant les mains à chacun d’eux, les guérissait.
Et même des démons sortaient de beaucoup d’entre eux en criant : « C’est toi le Fils de Dieu ! » Mais Jésus les menaçait et leur interdisait de parler, parce qu’ils savaient, eux, que le Christ, c’était lui.
Quand il fit jour, Jésus sortit et s’en alla dans un endroit désert. Les foules le cherchaient ; elles arrivèrent jusqu’à lui, et elles le retenaient pour l’empêcher de les quitter.
Mais il leur dit : « Aux autres villes aussi, il faut que j’annonce la Bonne Nouvelle du règne de Dieu, car c’est pour cela que j’ai été envoyé. »
Et il proclamait l’Évangile dans les synagogues du pays des Juifs.
– Acclamons la Parole de Dieu.