Dernière prédication du TRIDUUM pour Saint Gens

20 mai 2019

Dernière prédication du TRIDUUM préparatoire à la solennité de St Gens ce week-end.

Troisième prédication
Hier, St Gens, le Beau, nous apprenait comment garder la beauté de notre cœur, en accueillant volontiers comme nos anciens ont su le faire, le pardon et la réconciliation. Et je vous disais : « Ne vous laissez pas voler cette beauté en vous habituant au mal et au péché, à l’injustice, à la malhonnêteté, à la méchanceté du Cœur ! St Gens le demandait déjà en son temps aux habitants de Monteux ! Il les appelait à se convertir, c’est-à-dire à quitter les ténèbres pour se tourner vers la lumière du plus beau des enfants des hommes, Jésus, le Fils de Dieu qui nous sauve de la laideur du péché. »
- Ce soir, c’est le dernier soir de votre Triduum, et j’aimerais avec vous remercier St Gens, le Beau. Oui, qu’aujourd’hui en 2019, comme il y a 100 ans et même 800 ans et plus encore, la jeunesse de Monteux, c’est-à-dire les anciens toujours jeunes, et vous les jeunes, vous veniez avec autant de joie et de gratitude, et même parfois de loin, pour honorer, écouter et porter St Gens, çà c’est un miracle à lui tout seul !

Et tous les canards sans tête et les grosses poules de l’athéisme contemporain n’y comprendront jamais rien (quoi que je suis sûr, par la miséricorde de Dieu, qu’un jour ils en reviendront).
Pourquoi au mois de Mai tout un peuple se lève, prie, porte statue et croix, court vers un sanctuaire dans la montagnette ? Je vous le demande ? Parce que St Gens réveille en nous le désir de la beauté, de la grandeur, de la noblesse d’âme, celle que ni le temps, ni les épreuves, ni même le péché pourvu qu’il soit avoué et pardonné, n’efface pas, la beauté que la Bible et notre sainte religion catholique appellent Sainteté, Beauté du témoignage, de l’engagement concret et simple, de l’esprit d’équipe aussi !

Alors à la suite de St Gens, notre patron, revêtons-nous de la seule beauté qui dure jusque dans l’éternité, revêtons-nous de Jésus Christ. Soyons fiers d’être catholiques, non pas orgueilleux, mais fiers de porter en nous et sur nous cette beauté, cette grâce, qui libère l’homme de l’égoïsme et lui fait découvrir la seule raison de vivre le plus bel amour : il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime ! Amen