Conférence de carême no 2 - Père Léopold - 27 mars 2020

27 mars 2020

CONFONDRE LE BIEN-ETRE ET L’ESOTERISME

0. INTRODUCTION
Depuis la création, Dieu a voulu le bien-être de l’humain en lui donnant une merveilleuse vie d’abondance, quoique cela n’ait toujours pas comblé le soif de l’homme. Ce dernier est un être de désirs infinis, de connaitre beaucoup, d’avoir plus, de faire mieux. Bref, tous, toutes sans distinction aucune, avons besoin de vivre heureux. C’est cela que nous appelons bien-être.

En effet, à la cherche de bien-être, beaucoup ambrassent tout, pourvu qu’ils soient heureux. « Tout chemin mène à Rome » dit-on, ainsi, tout chemin mène au bien-être. On trouve des personnes ouvertes à toutes propositions ésotériques ; le comble est que beaucoup pensent, c’est cela le chemin qu’il convient pour une vie facile alors que Genèse 3, 19 dit : « C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes dans la terre, d’où tu as été pris ; car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière »

Par ailleurs, toutes les formes ésotériques proposent toujours un chemin sans peine, suivant leur maitre le grand tentateur (le diable). Matthieu 4, 1-11, il était simple pour Jésus-Christ de transformer la pierre au pain, de se jeter du haut du temple comme superman, il en avait la possibilité. Mais, le diable n’avait pas ce droit de le proposer au Christ comme si cela lui appartenait. Voilà pourquoi, nous affirmons sans peur d’être contredit que le Diable n’a rien dans ce monde si ce n’est que son mensonge et sa ruse pour détourner les enfants de Dieu.

Ainsi donc, pour une bonne compréhension de ce travail, nous vous proposons trois points à suivre : le premier point abordera la recherche du bien-être, le deuxième point traitera de l’ésotérisme comme loup déguisé en agneau et le troisième point parlera de la résistance à l’ésotérisme et une petite conclusion bouclera la boucle.

I. LA RECHERCHE DU BIEN-ETRE

1.1. Qu’est-ce que le « bien-être » ?
« Un état agréable résultant de la satisfaction des besoins du corps et du calme de l’esprit », nous dit le Larousse.

Ainsi, dans la notion du bien-être, il est pratiquement impossible de dissocier le corps et l’esprit ; le bien-être vaut ce que vaut la paix, la quiétude de l’âme et du corps. D’après le psychiatre français Christophe André, le bien-être se « déclenche quand on n’a mal nulle part, qu’on a le ventre plein, qu’on est dans un endroit agréable et confortable, qu’on se sent en sécurité, entouré de congénères bienveillants ». (Cfr. Coffret numérique. Et n’oublie pas d’être heureux ; Sérénité).

Le bien-être dans la Bible se présente de la manière suivante : « Mange ta nourriture avec joie, bois ton vin de bon cœur, car depuis longtemps, Dieu approuve ce que tu fais. Porte toujours des vêtements de fête et n’oublie jamais de parfumer ton visage. Profite de la vie avec la femme que tu aimes tous les jours de la courte existence que Dieu te donne sous le soleil ». Ecclésiaste 9.7-9

I.2. Les limites du bien-être
Bien-être et bonheur sont donc des notions très proches, même si elles ne se superposent pas.

D’après Christophe André, quand un être humain éprouve du bien-être, il peut choisir deux voies : soit chercher à l’augmenter en se lançant dans une quête effrénée de plaisir, soit en se tournant vers une démarche intérieure : prendre conscience de ce bien-être et le transcender en bonheur.

La recherche effrénée de plaisir nous montre les limites du bien-être. Faire du sport à haut risque, trop boire ou trop manger, tous ces sentiments de bien-être peuvent provoquer l’envers de ce que l’on cherche. (Cfr. Coffret numérique. Et n’oublie pas d’être heureux ; Sérénité).

Aussi, la recherche effrénée du bien-être, peut nous conduire à tout embrasser. Comme disait Monseigneur CATTENOZ, dans son message aux fidèles de son Diocèse, du 31 Décembre 2008 : « (…) devant le malaise de notre société, la crise de la famille, la solitude affective, le chômage, la délinquance, le mal-être général, le stress, la dépression, les gens ont besoin de réconfort et, faute de le trouver dans l’Évangile et la foi, ils vont le chercher chez les voyants ». En citant l’écrivain anglais, Gilbert Keith Chesterton, Monseigneur CATTENOZ dit : « Quand les gens cessent de croire en Dieu, ce n’est pas qu’ils ne croient en rien, mais qu’ils croient en n’importe quoi »  : pratiques occultes et paranormal, anges, astrologie, voyance et divination, etc.

(Confère : https://magazinelavoixdedieu.wordpress.com/2019/11/12/mgr-jean-pierre-cattenoz-voyance-occultisme-attention-danger/).

Cette note nous permet d’entament le point suivant concernant l’ésotérisme comme loup déguisé en agneau

II. L’ESOTERISME COMME LOUP DEGUISE EN AGNEAU

Actes 20, 29-30 : « Moi, je sais qu’après mon départ, des loups redoutables s’introduiront chez vous et n’épargneront pas le troupeau. Même du milieu de vous surgiront des hommes qui tiendront des discours pervers pour entraîner les disciples à leur suite ».

II.1. ésotérisme, quid ?
Selon Wikipédia, l’ésotérisme du grec ancien esoteros (intérieur) est l’ensemble des enseignements secrets réservés à des initiés. Il s’oppose à l’exotérisme (extérieur), qui concerne l’ensemble de la communauté. Parmi les courants ésotériques : occultisme, sorcellerie, franc-maçonnerie, rose-croix, martinisme, hypnose, orphisme, clairvoyance, fétichisme, etc.

II.2. un constat
Quand nous fumes petits, nos parents africains nous montraient des maisons à éviter la fréquentation d’autant plus que c’étaient des maisons des marabouts, des féticheurs, des magiciens, des occultistes, des voyants. Et ils nous disaient que c’est contre la foi chrétienne, sinon on peut y perdre la vie.

Mais aujourd’hui, je suis surpris !!!!!!, on ne parle pratiquement plus des marabouts et d’autres cités ci-haut. Et personne ne se demande où sont-ils partis ? Pourriez-vous savoir où sont-ils partis ? R/ ils sont dans l’Eglise de Dieu

II.3. ils sont dans l’Eglise
On le voit et on entend que plusieurs occultistes convertis au Christ aujourd’hui, nous disent sans qu’on le vérifie au préalable, sinon leur bonne foi que des satanistes et des sorciers pratiquants sont en train d’infiltrer l’Eglise, surtout les églises charismatiques dont les adeptes pensent qu’ils sont conduits par les dons de l’Esprit et se font passer pour des chrétiens super spirituels. N’est païen’’ne’’ que celui ou celle qui ne partage pas leur idéologie.

Objectif poursuivi c’est la séduction et la destruction de l’Eglise au sens large et en particulier les pasteurs avec la multitude de Chrétiens naïfs. Ces occultistes contrôlent le pasteur et l’assemblée et sèment de grande confusion, des divorces et toutes sortes de pratiques mauvaises allant jusqu’à la mort corporelle ou spirituelle.

Dans leur manière de faire les choses, nous trouvons quelques traits démoniaques :
1. fausses prophéties(tes parents des sorciers, tel enfant est sorcier, divorce entre amoureux pour proposer un autre, etc.)
2. faux miracles (faire sortir un poisson ou autres choses dans le corps de quelqu’un, réveiller un cadavre après une négociation, etc.)
3. blasphème, citez de manière rapide dans la prédication ou les chansons les noms des démons (Guègue, etc.)
4. Amour excessif de l’argent
5. perversion sexuelle
6. drogue et alcool, détruisent la volonté et permettent la possession de la personne par le diable
Suite à cela, nous sommes invités à résister aux tentations du tentateur et avoir la force de discerner et lire les signes du temps. Comment résister ?

III. LA RESISTANCE A L’ESOTERISME

1. la Foi : 1 Pierre 5,9 Eph 6,16(prenez par-dessus tout le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits tous les dards enflammés du malin)
2. la parole de Dieu : Matth 24,35 (tout passera mais ma parole ne passera pas)
3. le Saint Esprit : 1 Jean 4,4, Matth 12,28
4. le nom de Jésus-Christ : Apocalypse 12,11, Jean 12,31-33
5et6. la prière et le jeûne : Matth 17,21 ; 18,19-20 ; 6,17-18 (mais cette sorte de démon ne sort que par la prière et le jeûne

IV. CONCLUSION

Notre thème avait comme titre : Confondre l’ésotérisme et bien-être. Nous avons compris que le bien-être est le souhait de tous et toutes. Mais certains, suite au problème qu’ils éprouvent, abandonnent vite la foi ou la bonne conduite pour se laisser séduit par l’ésotérisme qui propose une bonne vie sans peine. L’ésotérisme comme doctrine ouverte aux initiés, prend de plus en plus de racine dans les Eglises surtout les églises dites charismatiques. Et cela parce que les pasteurs sont attirés par la chaire, aiment les honneurs comme autres fois les pharisiens et les scribes.

Néanmoins, chacun, chacune de nous doit se contenter du don, de la grâce reçu de Dieu sans la convoitise de biens des autres au risque de tomber dans l’excessif du bien-être, car, tout excès nuit dit-on.
Devant les propositions multiples et macabres de l’ésotérisme, nous avions proposé dans ce petit travail quelques résistances à la lumière des recommandations de carême : la foi, la parole de Dieu, le nom de Jésus, l’Esprit Saint, le jeûne, la prière, et la liste n’est pas exhaustive.

Je vous remercie pour votre oreille attentive
Père Léopold WENGA, Vicaire de Carpentras